Bois et forêts des tropiques

Archives depuis 1947

Votre sélection de notice(s)



Titre Usages traditionnels et valeur économique de Synsepalum dulcificum au Sud-Bénin = Traditional uses and economic value of Synsepalum dulcificum in South Benin = Usos tradicionales y valor económico de Synsepalum dulcificum en el Sur de Benín
Auteur(s) A. B. Fandohan, F. J. Chadare, G. N. Gouwakinnou,
Thème(s) Bois et forêts des tropiques
Date de publication 2017
Pagination 17-30
Numérotation 332
Mots-clés Synsepalum dulcificum, baie miraculeuse, enquête ethnobotanique, groupe socioculturel, phytothérapie, valeur d’usage, République du Bénin = Synsepalum dulcificum, miracle fruit, ethnobotanical survey, socio-cultural group, phytotherapy, use value, Republic of Benin = Synsepalum dulcificum, baya milagrosa, encuesta etnobotánica, grupo sociocultural, fitoterapia, valor de uso, República de Benín
Résumé Synsepalum dulcificum (Schumach. & Thonn. Daniell) est un arbuste originaire de l’Afrique de l’Ouest, inscrit sur la liste des espèces vulnérables de l’UICN. Au Bénin, son importance pour les populations locales reste peu documentée. L’étude avait pour objectif d’évaluer les connaissances endogènes, la valeur d’usage et l’importance économique de l’espèce pour les populations locales. Des enquêtes ethnobotaniques et économiques ont été conduites auprès de 606 personnes réparties dans 13 groupes socioculturels du Sud-Bénin. Des paramètres ethnobotaniques (fréquence de citation, valeur d’usage ethnobotanique) et économique (revenu moyen réalisé) ont été calculés, et leur significativité éprouvée par l’ajustement de modèles linéaires généralisés et le test de Kruskal et Wallis. Les résultats ont montré que S. dulcificum était bien connu des populations locales du Sud-Bénin (100 % des enquêtés), qui le cultivaient notamment dans les jardins de case. Toutes les parties de la plante étaient utilisées à des fins médicinales, alimentaires et spirituelles. Les connaissances et la valeur d’usage de la plante variaient entre les groupes socioculturels du Sud-Bénin, avec un gradient décroissant Est-Ouest. Les connaissances et la valeur d’usage variaient suivant le sexe, l’âge et le domaine d’activité, les connaissances étant concentrées au niveau des hommes, des adultes et personnes âgées, et des praticiens de la médecine traditionnelle. L’évaluation économique a révélé un circuit de commercialisation relativement court. Le faible revenu moyen réalisé sur la vente des fruits (environ 28 USD par an et par commerçant) illustre la faible valeur économique de l’espèce qui constitue une ressource de subsistance en déclin. La conservation et la valorisation optimale de l’espèce nécessiteront des investigations sur les plans nutritionnel, phytochimique et pharmaceutique, phénologique, morphologique et génétique, le développement d’une sylviculture, l’intégration de la plante dans les politiques formelles de conservation, et enfin le développement d’une chaîne de valeurs à travers la mise en place d’une véritable filière.
Document au format Pdf BFT_332_17-30.pdf [1113.401 Ko]

page précédente




LA RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DÉVELOPPEMENT

Informations légales
© Cirad 2001 - Contact : bft@cirad.fr