Bois et forêts des tropiques

Archives depuis 1947

Votre sélection de notice(s)



Titre Valorizar la Almendra Chiquitana, Dipteryx alata (Vogel). Una estrategia para mitigar el impacto ambiental del desarrollo agropecuario en Bolivia? = Valoriser l'amande de Chiquitanie, Dipteryx alata (Vogel), une stratégie pour atténuer l'impact enviro
Auteur(s) Vennetier C., Peltier R., Coimbra J.
Thème(s) Bois et forêts des tropiques
Date de publication 2012
Pagination 35-48
Numérotation 311
BOLIVIE
Production forestière
Mots-clés DIPTERYX; BOLIVIE; DIPTERYX ALATA
Résumé En vue de concilier le développement économique et la conservation de la forêt en Bolivie, la Fondation pour la conservation de la forêt sèche chiquitanienne (Fcbc) s'efforce de venir en appui aux filières des produits forestiers non ligneux (Pfnl) telle que celle de l'amande de Chiquitanie, Dipteryx alata (Vogel). Les fruits comestibles de cet arbre natif de l'écorégion de la forêt sèche chiquitanienne sont actuellement récoltés par des communautés indigènes, transformés par une association de producteurs et essentiellement commercialisés dans le département de Santa Cruz. Malgré les obstacles auxquels se heurte la filière, la valorisation de l'amande de Chiquitanie s'avère être un moyen de développement socioéconomique intéressant. Elle représente une opportunité de revenus complémentaires pour les familles des communautés indigènes, qui s'inscrit dans le cadre d'une stratégie de réduction des risques par la diversification des productions et activités économiques. L'émergence de débouchés pour l'amande de Chiquitanie a engendré des comportements spontanés de protection de l'espèce de la part des producteurs, qui se limitent cependant aux espaces individuels que sont le champ, le pâturage ou le patio. Par ailleurs, plus que d'inciter les populations rurales à préserver l'intégrité des massifs forestiers, ce type de développement les invite à établir des plantations. Toutefois, le contexte et les caractéristiques écologiques de cette légumineuse fourragère font qu´elles privilégient davantage sa plantation suivant des systèmes agroforestiers et sylvopastoraux, peu répandus dans l'écorégion. C'est ainsi que cette option permet d'atténuer les effets négatifs du développement agropastoral en promouvant des pratiques plus respectueuses de l'environnement. Plus particulièrement, ce choix technique commence à se propager auprès des éleveurs privés et Dipteryx alata pourrait ainsi devenir un élément clé pour promouvoir le reboisement des pâturages artificiels. (Résumé d'auteur)
Document au format Pdf BFT_311_35-48.pdf [1358.766 Ko]

page précédente




LA RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DÉVELOPPEMENT

Informations légales
© Cirad 2001 - Contact : bft@cirad.fr