Bois et forêts des tropiques

Résumés et articles : n° 330
(4e trimestre 2016)


Tous les résumés
(en français, en anglais et en espagnol)

Nouveau numéro

Numéro 330


 

VARIATIONS SAISONNIÈRES DE LA CROISSANCE DIAMÉTRIQUE ET DES PHÉNOLOGIES FOLIAIRE ET REPRODUCTIVE DE TROIS ESPÈCES LIGNEUSES COMMERCIALES D’AFRIQUE CENTRALE

F. Fétéké, A. Fayolle, K. Dainou, N. Bourland, A. Dié, P. Lejeune, J.-L. Doucet, H. Beeckman

La rythmicité intra-annuelle de la croissance diamétrique des arbres n’est connue que pour très peu d’espèces tropicales africaines. Dans cet article, une combinaison de méthodes expérimentant le marquage cambial séquentiel, l’analyse anatomique et la mesure des cernes a été utilisée pour déterminer la périodicité et les variations de la croissance diamétrique de trois espèces d’Afrique centrale produisant un bois d’oeuvre de grande qualité : Baillonella toxisperma (moabi), Entandrophragma cylindricum (sapelli) et Erythrophleum suaveolens (tali). En outre, des interactions avec la phénologie foliaire et reproductive et le climat ont été recherchées. Pour les trois espèces, les cernes de croissance sont anatomiquement distincts, annuels et se forment au rythme des saisons, avec un accroissement qui est maximal pendant la petite saison pluvieuse (de mars à mai). Les variations saisonnières de la croissance se sont avérées significatives pour le moabi et le sapelli et non significatives pour le tali. Les paramètres climatiques jouant un rôle déterminant dans ces variations sont la température et l’ensoleillement. L’analyse dendrochronologique dresse d’intéressantes perspectives en vue d’acquérir des données de croissance sur le long terme, nécessaires à la définition des paramètres de gestion des populations naturelles de ces espèces.

Mots-clés : Baillonella toxisperma, Entandrophragma cylindricum, Erythrophleum suaveolens, croissance, activité cambiale, phénologie, saisonnalité des cernes, forêt semi-caducifoliée, Afrique centrale.


Télécharger
l'article

ÉVALUATION DE LA VARIABILITÉ DE LA COULEUR DU BOIS DE PISTACIA ATLANTICA DESF. DU NORD DE L’ALGÉRIE

M. Boudouaya, H. Benhassaini, F. Z. Bendimered-Mouri, F. Mothe, M. Fournier

Parmi les propriétés caractérisant le bois des essences naturelles et particulièrement celles des zones arides et semi-arides, la variabilité de la couleur conditionne leur utilisation en tant que matériau apparent de haute valeur ajoutée, en menuiserie-ébénisterie, par exemple. Les travaux présentés ici ont pour but de contribuer à la valorisation esthétique du bois d’une espèce ligneuse répandue en Algérie mais très peu étudiée, le pistachier de l’Atlas, Pistacia atlantica Desf. La variabilité de la couleur a été évaluée sur des éprouvettes de bois coupées dans l’aubier et le duramen d’arbres provenant de deux régions différentes du point de vue bioclimatique en Algérie nord-occidentale. L’évaluation de la couleur du bois a été effectuée au sein du Laboratoire d’étude des ressources forêt-bois (LERFoB) à Nancy, France, en utilisant un spectrocolorimètre et un logiciel pour la mesure et l’affichage des données. Les résultats obtenus indiquent la présence de variation de la couleur du bois du pistachier de l’Atlas entre les deux régions (pour les trois composantes chromatiques, L*, a* et b*) et entre les arbres (pour la composante L*). L’aubier, avec son bois plus clair, présente des composantes colorimétriques, particulièrement la clarté (L*) et la composante vert-rouge (a*), très différentes de celles du duramen. Nous en déduisons que les facteurs du milieu ont une influence sur les caractéristiques colorimétriques du bois de cette espèce, en plus des caractéristiques individuelles intrinsèques de chaque arbre. Enfin, la clarté L* et les composantes vert-rouge a* et bleu-jaune b* présentent des variations entre les différents types de bois de pistachier.

Mots-clés : Pistacia atlantica Desf., zone de transition, CIELab, espace colorimétrique, duramen, aubier, Algérie nord-occidentale.

.


Télécharger
l'article

ÉVALUATION DES CARACTÉRISTIQUES DE PRODUCTION DE TECK AVEC ESPACEMENT DE 1 M X 1 M DANS UNE PLANTATION AU NICARAGUA

P. Haninec, P. Maděra, M. Smola, H. Habrová, M. Šenfeldr, L. Úradníček, M. Rajnoch, J. Pavliš, J. Cafourek, K. Novosadová, R. Šmudla

Cette étude s’est déroulée dans une plantation forestière en Amérique centrale, proche de la ville de Diriamba au Nicaragua, où des plantations de teck sur 48,9 ha, dans une zone de reboisement de 76,5 ha, sont renouvelées depuis 2006 (2006 : 7,90 ha ; 2007 : 13,63 ha ; 2008 : 11,93 ha ; 2009 : 12,87 ha ; 2010 : 21,70 ha). Cette plantation sort de l’ordinaire du fait de l’espacement de 1 x 1 m des arbres et des facteurs écologiques limitants de cette zone tropicale aride. L’espacement de 1 x 1 m a été choisi pour favoriser la croissance en hauteur et obtenir ainsi des tiges de haute taille, et pour limiter les ramifications afin d’éviter la formation de houppiers importants. Cela permet de démarrer une production de poteaux de teck, adaptés à certaines constructions, dès la première coupe d’éclaircissement. Les paramètres de croissance des tecks (hauteur, circonférence) ont été mesurés dans les placettes expérimentales mises en place en 2011. Des données complémentaires (mortalité, arbres cassés ou tordus) ont également été relevées. Une méthodologie de terrain a été développée et les résultats restitués sous forme de tableaux et graphiques. Une évaluation statistique des paramètres de croissance a été menée à partir des mesures prises sur les placettes expérimentales délimitées dans la plantation. Les jeunes arbres plantés la même année ont été comparés selon leur provenance en termes de hauteur, de circonférence, de productivité et de mortalité. Au total, 10 955 arbres sur 143 placettes ont été mesurés. Sur ces peuplements de 1 à 5 ans d’âge, le bois sur pied total est estimé à 1 287,89 m3, la masse moyenne de bois à l’hectare à 17,89 m3, la hauteur moyenne des peuplements à 3,03 m et la circonférence moyenne à hauteur de poitrine à 2,74 cm. Les arbres cassés représentent 5,64 %, les arbres tordus 5,66 % et la mortalité moyenne s’établit à 21,48 %.

Mots-clés : Tectona, teck, plantation, Nicaragua.


Télécharger
l'article

EFFETS DU NANO-SILANE SUR LES PROPRIÉTÉS PHYSIQUES ET MÉCANIQUES DES PANNEAUX STRUCTURAUX ORIENTÉS (OSB)

H. R. Taghiyari, Sadegh Maleki, Vahid Hassani

Cette étude s’est penchée sur les effets de la teneur en résine et en composés de nano-silane (NS) sur les panneaux structuraux orientés (OSB), un important produit en bois reconstitué. Des panneaux OSB ont été fabriqués avec de la résine d’urée-formaldéhyde (UF) à 8 % et à 10 % (sur poids sec des panneaux), avec application de NS à deux teneurs en fonction de la teneur en résine UF. Nos résultats montrent que les traitements aux deux teneurs différentes en résine donnent des valeurs très proches pour les modules de rupture et d’élasticité, la flexion au choc et la résistance à la traction. Cela indique que la compacité élevée des lamelles de la matrice OSB est le facteur déterminant des propriétés mécaniques globales des panneaux composites. L’interaction entre NS et résine UF affaiblit significativement ces propriétés dans la plupart des cas de traitement à 10 % NS, alors que le dosage de NS à 20 % est suffisant pour contribuer activement au processus de collage des lamelles et compense les pertes en partie. L’analyse par cluster indique que les propriétés mécaniques sont généralement davantage fonction de la compacité de la matrice composite que de la teneur en résine. Dès lors, l’étude conclut que le NS n’est pas à recommander à l’industrie en raison de ses effets négatifs sur la plupart des propriétés physiques et mécaniques des panneaux OSB.

Mots-clés : nanomatériaux, panneaux structuraux orientés (OSB), panneaux de particules, composé de silane, bois composite, Zycosil, Iran.


Télécharger
l'article

EFFET DE L’INOCULATION ECTOMYCORHIZIENNE EN PÉPINIÈRE SUR LA CROISSANCE ET LA NUTRITION DES PLANTS DU CÈDRE DE L’ATLAS EN ALGÉRIE

H. Gaba-Chahboub, M. S. Lamhamedi, O. Abrous-Belbachir

La mycorhization des plants du cèdre de l’Atlas en pépinière figure parmi les approches préconisées pour améliorer la survie et la croissance des plants en site de reboisement. Cependant, la majorité des travaux n’ont pas pu obtenir des taux de mycorhization élevés lorsque les plants du cèdre de l’Atlas étaient inoculés par des spores. L’objectif de cette étude est de déterminer l’influence de l’inoculum sporal de trois champignons ectomycorhiziens, Cortinarius cedretorum, Amanita vaginata et Inocybe geophylla, sur la croissance et la nutrition minérale des plantules de Cedrus atlantica. Les carpophores, les semences et le sol forestier organique utilisés pour la production des plants ont été prélevés sous un peuplement pur de cèdre de l’Atlas. L’inoculum sporal était constitué de carpophores broyés et tamisés. Après 12 mois de mise en culture, les différents paramètres de croissance ont été évalués : hauteur du plant, longueur de la racine principale, nombre de racines fines, taux de mycorhization, biomasse totale, nombre d’apex mycorhizés et concentrations foliaires des éléments minéraux. Les taux de mycorhization pour les trois champignons évalués ont varié entre 55 % et 65 %, ce qui est un résultat exceptionnel dans le cas de l’inoculation des plants du cèdre de l’Atlas à l’aide des spores. Les résultats ont montré que l’inoculation avec les trois champignons ectomycorhiziens augmente significativement les concentrations foliaires de phosphore et d’azote. La biomasse des plantules du cèdre de l’Atlas est significativement supérieure avec les trois inocula comparativement aux plantules témoins.

Mots-clés : Cedrus atlantica, inoculum sporal, mycorhization, croissance, nutrition minérale, Algérie.


Télécharger
l'article

CARTOGRAPHIE DE LA DYNAMIQUE DE TERROIRS VILLAGEOIS À L’AIDE D’UN DRONE DANS LES AIRES PROTÉGÉES DE LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

J. Semeki Ngabinzeke, J. Linchant, S. Quevauvillers, J.-M. Kahindo Muhongya, P. Lejeune, C. Vermeulen

Les aires protégées de la République démocratique du Congo (RDC) sont menacées par diverses pressions anthropiques nécessitant un suivi fréquent et précis. Le mini-drone Falcon équipé d’un appareil photo numérique Sony NEX-7 a été utilisé pour cartographier et suivre la dynamique d’un terroir villageois dans le Domaine de chasse de Mondo Missa à l’est du Parc national de la Garamba, au nord-est de la RDC. Un total de 3 143 photos acquises en avril et juillet 2015, avec une résolution au sol de 8 cm/pixel, a été orthorectifié. La cartographie a porté sur une zone de 114 ha. Les ortho-images ont d’abord été segmentées, les segments étant ensuite classés manuellement par photo-interprétation. Des changements notables ont été constatés entre les deux dates. Les zones des forêts et savanes ont perdu 6,5 ha (86,6 à 80,1 ha). Les jachères sont passées de 16,9 à 8,2 ha, les défriches de 4,1 à 10,0 ha. Les cultures saisonnières ont connu une variation allant de 3,2 à 11,8 ha. La taille moyenne des parcelles cultivées est de 0,2 ha (s = 0,14 ha ; n = 50). Enfin, la surface occupée par les arbres isolés a peu évolué (de 1,3 à 1,9 ha), celle des implantations humaines étant constante (1,7 ha). Ces résultats traduisent le fait que l’expansion de l’agriculture itinérante sur brûlis induit une conversion des habitats naturels et une modification de la composition végétale. Les aéronefs sans pilote à bord permettent de réaliser une cartographie précise et une surveillance rapide des changements d’affectation des terres à petite échelle dans les aires protégées des forêts et savanes tropicales. Ils offrent donc une solution efficace pour évaluer la déforestation et la dégradation au sein des espaces occupés par les communautés locales. Cette évaluation représente un enjeu important dans le processus REDD+ qui envisage de quantifier avec précision ces évolutions.

Mots-clés : terroir villageois, utilisation des terres, agriculture itinérante sur brûlis, détection des changements, conversion de l’habitat, fragmentation, drone, aires protégées, République démocratique du Congo.


Télécharger
l'article



LA RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DÉVELOPPEMENT

Informations légales - Dernière mise à jour : juillet 2017
© Cirad 2001 - Contact : bft@cirad.fr